NOS ATELIERS

Nos Ateliers est un organisme fondé par un collectif d’artistes, d’artisans et d’entrepreneurs qui a pour mission de pérenniser la présence d’ateliers d’artistes au cœur de l’île de Montréal

 
 
Nos Ateliers
Nos Ateliers shared a post.
Communauté Facebook, comme tu le sais, je suis pas mal impliquée dans les dossiers qui concernent les ateliers d'artistes 😉 J'ai été contactée par un journaliste qui va réaliser une émission télé sur le "Loft Living" et qui recherche des artistes à Montréal qui:
- ont habité dans un loft dans des bâtiments emblématiques / historiques (comme les Loft Moreau par exemple):
- habitent et travaillent présentement dans un loft à Montréal.

Si vous êtes dans ce cas là ou que vous avez une ploggue à me donner, merci de laisser un commentaire ou de me contacter par messagerie! MERCI BEAUCOUP
Nos Ateliers
Nos Ateliers
Pour revenir sur les annonces d’hier. Je tiens à préciser notre position générale sur la situation pour éviter que le discours parte dans des sens qui ne sont pas constructifs.

Bien sûr c’est important que cet argent soit donné à Ateliers créatifs Montréal pour assurer la gestion. Ils sont selon nous présentement les seuls aptes à proposer un scénario réaliste pour sauver le 305 Bellechasse ou tout autre grand bâtiment.
Ils assurent de façon exemplaire la sauvegarde de nombreux pôles créatifs à Montréal et sans eux la Communauté créative Montréalaise serait vraiment mal en point actuellement.

Le point est que cette action de la ville doit ABSOLUMENT être accompagnée d’une exemption de taxe pour l’organisme. Depuis deux ans la ville a obtenu son statut de métropole . Ce statut lui octroie le droit d’établir des nouvelles catégories de taxation. Jusqu’ici tout le monde s’entend pour dire qu’il faut prioriser le travail dans ce sens qui représente le fond du problème dans la conjoncture économique actuelle.

Pour les artistes qui se regroupent en obnl et répondent aux critères de la commission de faire de la diffusion et de la création une exemption partielle de taxes est accessible. Par contre pour un organisme indispensable à la gestion de pôles créatifs tels que Ateliers Créatifs ce n’est pas possible. Toronto a agit et a octroyé des exemptions de taxes à des organismes ayant les mêmes fonctions. La ville jusqu’ici n’abonde toujours pas dans ce sens.

Pour faire un topo rapide de la situation actuelle:

La ville est en plein développement et celui-ci n’attendra pas que la ville se décide sur le dossier des ateliers. Actuellement, la Cadbury se vide de ses créateurs indépendants(environ200)l’entente entre les proprios et Ateliers Créatifs n’ayant pas été signée.
Le beaubien-durochers(environ 250) sera démolit sous peu mais l’arrondissement Outremont a le culot de demander des certificats d’occupation aux artistes (qui sont déjà en train de préparer leur départ. ). Pendant ce temps les propriétaires de ce même building louent des espaces illégalement sans baux en dessous de la table et le toit coule.
Le 305 se vide tranquillement aussi vers Chabanel qui sera gentrifié lui aussi sous peu.

J’invite les gens des autres pôles à émettre leur constat de leur situation en commentaire.
Nos Ateliers
Nos Ateliers
La Ville de Montréal N'A TOUJOURS PAS FAIT DE TRAVAIL CONCRÊT POUR RÉGLER DE FAÇON PÉRENNE LE DOSSIER DES ATELIERS.

Elle a annoncé ce matin (UNE FAUSSE BONNE NOUVELLE) son soutien financier à Ateliers créatifs Montréal pour la prise en charge du 305 Bellechasse.

***IL EST BIEN DE PRÉCISER ICI QUE NOUS SOMMES CHANCEUX QUE Ateliers créatifs ACCEPTENT DE PRENDRE EN CHARGE LE BÂTIMENT ET NOUS EN SOMMES RECONNAISSANTS. nous sommes en temps de crise et leur travail aide à la sauvegarde du pôle de création. Je dirais même que sans eux Montréal n’aurait aucun organisme d’envergure vers qui se tourner dans le dossier.*****************

Le fait reste qu’il ne faut pas s’assoupir et se contenter de cette annonce. Sans une exemption de taxes pour Ateliers Créatifs ceci revient à dire que la ville finance la reproduction de ses propres erreurs.

L’objectif central reste de trouver une façon créative d’exempter de taxes ce type d'usage. Si le bâtiment jouît d'une nouvelle administration, d’une part il faut savoir que les loyers vont un peu augmenter (puisque maintenant chaque locataire devra payer au pro-rata les pieds carrés des aires communes 33% qui n’était pas facturé auparavant par le propriétaire)et plusieurs locataires ont déjà fuit vers le secteur Chabanel (qui sera gentrifié sous peu).

Cette nouvelle gestion, ces augmentations de loyers, les annonces de développement du quartier de l’innovation en intelligence artificielle et les récentes annonces relatives au développement du secteur entre le viaduc Van Horne et la rue Bellechasse font que le bâtiment prend toujours de la valeur et ses taxes augmentent proportionnellement .

En ce moment c'est encore le serpent qui se mord la queue, il ne faut pas se laisser berner. On est en train de refaire à petite échelle ce qui a été fait sur De Gaspé avec Pi2. Ce n'est que lorsqu'il auront fait leur travail à l'interne de trouver la façon d'exempter de taxes Ateliers Créatifs que cette nouvelle sera positive et conviendra aux objectifs de PÉRENNISER les ateliers.

*****VEUILLEZ EXCUSER NOTRE LUCIDITÉ*****

https://www.lelezard.com/communique-18832547.html
Nos Ateliers
Nos Ateliers shared a photo.
#nosateliers

Montréal, 26 juin 2019
COMMUNIQUÉ
Pour publication immédiate

Échec d’une tentative d’entente pour préserver les ateliers d’artistes de l’usine Cadbury


CONTEXTE
En octobre 2018, la vente de l’ancienne usine Cadbury, située au 5425 rue de Bordeaux, représentait une fois de plus une menace pour les artistes de devoir quitter ce lieu qu’ils occupent depuis plusieurs années. Cette vente d’immeuble, où sont abrités des ateliers d’artistes, fragilise l’avenir de ces derniers. Elle figure maintenant parmi ces nombreux autres cas : le 305 Bellechasse, vendu récemment ; la Grover, vendue au début des années 2000 ; le De Gaspé, vendu en 2012 et l’Édifice Bovril, celui-ci vendu en 2013.

Durant l’hiver 2019, à la demande et avec l’accord de plus de 45 locataires, Atelier créatif Montréal a tenté d’en venir à une entente avec les nouveaux propriétaires de l’immeuble Cadbury. Cette entente visait à préserver les ateliers d’artistes et d’artisans de l’édifice, qui représentent près de 65 000 pi2 (sur les 225 000 pi2 totalisant l’espace de l’immeuble). Un moratoire partiel s’est appliqué sur les espaces visés entre novembre et juin. Or, les pourparlers entre Ateliers créatifs Montréal et les nouveaux propriétaires ont échoué et aucune entente n’a été conclue.

Malgré la bonne nouvelle du mois de mars dernier, de l’annonce de Québec, qui investira dans un programme de mise à niveau des ateliers d’artistes, à hauteur de 25 M$ sur cinq ans, c’est tout de même un sentiment d’urgence qui se fait sentir à l’édifice Cadbury, accompagné d’un désir de garder la discussion ouverte.

ENTENTE SOUHAITÉE REFUSÉE
Moyennant un coût de loyer sous la valeur du marché, Atelier créatif Montréal (ACM) offrait de prendre en charge à long terme (20 à 30 ans) la portion de l’immeuble occupée par des artistes et artisans en la louant en bloc aux propriétaires. Les espaces contenus dans ce bloc de 65 000 pi2 auraient ensuite été sous-loués aux artistes et artisans, et ACM aurait assumé le coût des espaces vacants, le cas échéant.

Les propriétaires se seraient ainsi retrouvés avec un seul locataire pour 65 000 pi2, payant un loyer global tous les mois, réduisant leurs frais administratifs, diminuant le risque financier des espaces vacants et les libérant des frais d’entretien, de réparation et de fonctionnement de ces espaces.

Vu l’impossibilité de trouver un terrain d’entente de cette nature avec les propriétaires, un plan B fut évoqué, par lequel une entente à court terme se serait appliquée (12 à 36 mois).

Cette proposition a également échoué.


CONSÉQUENCES
Plusieurs artistes et artisans sont locataires de Cadbury, certain.e.s depuis plus de 15 ou même 20 ans, et paient un loyer sous la valeur du marché, ce qui leur permet de poursuivre leur art, d’en vivre. Leur présence dans l’industrie culturelle locale se manifeste de façons multiples et fait vibrer Montréal. Sous la gestion des nouveaux propriétaires, ces artistes voient leur bail venir à échéance et doivent faire face à une augmentation importante du coût de leurs loyers. Les augmentations vont de quelques dollars à 1200$ par mois! Qu’adviendra-t-il de leur avenir professionnel, de leur production ? Certain.e.s tentent d’encaisser cette hausse de différentes façons — par exemple en prenant plus de colocataires dans leurs espaces, déjà restreints — mais d’autres ont déjà été forcé.e.s de quitter l’immeuble, et on peut supposer que plusieurs suivront. Mais pour aller où ?


LA SUITE
Les propriétaires (Les Lofts Cadbury inc.) ont annoncé qu’ils négocieront à la pièce avec chacun.e des locataires dont le bail viendra à échéance, et qu’ils comptent exécuter à court et moyen terme certains travaux de rénovation dans l’immeuble.

Pendant ce temps, l’arrondissement et les locataires de l’édifice Cadbury bénéficient de peu de moyens devant les actions portées par les nouveaux propriétaires, qui agissent de leur plein droit en ce qui a trait au zonage, à la réglementation et à l’usage des lieux.

Pourtant, il faut explorer s’il existe des pistes de solution qui pourraient encourager le propriétaire à reconsidérer sa position. Les Amis Cadbury et Ateliers Créatif Montréal restent ouverts aux discussions.

CONCLUSION
Ce que vivent les locataires de l’édifice Cadbury s’additionne au contexte global qui inclut des situations comparables à La Grover, au 305 Bellechasse, au De Gaspé et à l’Édifice Bovril. Tous ces exemples illustrent bien que des réponses ponctuelles à ce type de crise, en mode urgence, ne fonctionnent pas. Cela démontre que la Ville de Montréal devra travailler en amont des crises, développer une stratégie globale et se doter d’une planification fiscale de zonage, de réglementation, d’usage de bâtiments excédentaires, d’incitatifs fiscaux et autres, afin que Montréal, métropole culturelle, cesse de voir ses artistes toujours contraint.e.s à quitter les quartiers centraux, comme cela se produit à nouveau avec Cadbury présentement.

Une communauté d’artistes et d’artisans en est à quitter un lieu qu’elle occupe de longue date, et se disperse. Une perte pour les artistes, une perte pour l’Arrondissement, une perte pour la Métropole. Encore une fois.

Nous, Les amis Cadbury , unissons nos voix à celles des organismes Nos Ateliers et @AteliersCreatifs (ACM - Ateliers créatif Montréal) afin de garder la discussion ouverte et d’avancer dans ce dossier de façon constructive, complice et engagée.

Photo : Marili Clark Photographe
Nos Ateliers
Nos Ateliers shared a post.
Le sentiment d'urgence refait surface. Alors que nous sommes à discuter avec la Ville de Montréal et le Ministère de la Culture des Communications et de la Condition féminine pour trouver des nouveaux modèles afin de pérenniser les pôles créatifs futurs et ceux existants.

Une solution à portée de main pour la ville est de prendre exemple sur les villes comme Toronto qui ont eux exempté de taxes des pôles créatifs importants. Le dossier des taxes est l'élément clef de départ pour AGIR et AVANCER dans le dossier des ateliers.

Soyons solidaire au pôle Cadbury et le mouvement des amis de l'usine Cadbury qui regroupe plus de 300 personnes.

#nosateliers #taxes #action #agir #avancer #cadbury
Nos Ateliers
Nos Ateliers shared a post.
LE SONDAGE EST PROLONGÉ JUSQU’AU 8 AVRIL.